Pourquoi se faire accompagner par un psychologue dans l’épreuve du deuil ?

La perte d’un être cher est toujours difficile à accepter. Le deuil est un processus compliqué qui peut parfois être long. Pour mieux appréhender cet état d’esprit, il est important de bien le comprendre et de décortiquer les émotions que l’on ressent. Par l’analyse de ces sentiments, on peut ainsi appréhender plus facilement la disparition de l’être cher et naviguer plus sereinement à travers le deuil. Cela n’est pas toujours facile cependant, même en étant bien entouré de ses proches. C’est pourquoi il peut paraître judicieux de recourir à un psychologue afin d’aborder ce processus sous l'œil d’un expert.


Comprendre le deuil


Par définition, le deuil est un état psychologique durant lequel l’esprit tente de comprendre et d’accepter la disparition d’un être cher. Elisabeth Kübler-Ross propose une définition nette de cet état en le divisant en cinq étapes distinctes.


1. Le déni

On traite l’information comme erronée. Ce n’est pas possible que la personne en question nous ait quitté, on ne le comprend pas et on ne l’accepte pas. Il s’agit d’une période de choc très intense durant laquelle la réalité est déformée. Le défunt est toujours en vie, on questionne le diagnostic et on refuse l’information.


2. La colère

Quand cette donnée semble de plus en plus réelle, on se sent en colère contre autrui. Cela peut être la personne ayant annoncé la disparition, le disparu lui-même ou parfois soi. Cela s’explique par un refus encore plus catégorique mais dans lequel on retrouve un certain questionnement : si elle est vraiment partie, alors pourquoi?


3. Le marchandage

La colère laisse place à un vide. On ne sait plus quoi penser ni ressentir et l’esprit essaie ainsi de tout faire, de tout échanger pour un retour du disparu. C’est à ce moment-là que l’on réalise, généralement, que l’être cher n’est plus. On peut se dire “je donnerai tout pour que cette personne revienne”, mais c’est impossible. Cette réaction est provoquée par le psyché qui se veut rassurant.


4. La dépression

Alors qu’on se rend compte que rien ne pourra ramener le défunt, un sentiment de profonde tristesse entraînant parfois une dépression s’installe. On se remémore tous les bons et mauvais souvenirs, on ne pense qu’à la personne disparue et une nostalgie douloureuse en résulte. Cette phase est la plus emblématique et la plus longue du deuil. Il faut être vigilant quant aux symptômes de la dépression pouvant être physiques comme moraux (violences, sommeil, perte d’intérêt pour la vie et la nourriture, idées noires…).


5. L’acceptation

Éventuellement, l’esprit chemine jusqu’à une certaine résignation et accepte le départ. On accepte que la douleur ne s’effacera pas, que les souvenirs resteront, et que le devoir de mémoire se fera quoi qu’il en soit. On reste triste quand on y pense, mais on va de l’avant et on accepte, en gardant le défunt dans un coin de son cœur et de sa tête. Le recueillement est également plus serein sur le monument funéraire ou cinéraire et ce notamment grâce aux articles de souvenir présents sur la sépulture.


Un professionnel désigné pour faire face au deuil : le psychologue


Que vous soyez en train de traverser le deuil ou un proche à vous, il faut être conscient que ces étapes ne sont pas universelles. Certains ressentiront le deuil différemment, et chacun en souffrira différemment. Bien comprendre ces étapes permet, dans un premier temps, de bien appréhender le deuil et de savoir quand consulter si on (ou un proche) semble en avoir besoin.

Certains signes sont clairs : un deuil stagnant sur plus de 6 mois, des idées noires, une alimentation altérée, de l’auto-destruction


Si vous ou un proche êtes dans un état de détresse, oser parler et franchir le pas en allant consulter un psychologue est un bon début. Ce dernier est habilité à poser un diagnostic et proposer un suivi régulier du patient pour faire face au deuil. Chaque thérapeute possède ses méthodes et peut proposer une thérapie différente en fonction des attentes du patient ou des habitudes du praticien. Dans tous les cas, un espace privilégié et bienveillant est assuré et le patient peut, par l’expression de ses émotions et le partage de son mal être, commencer à faire son deuil en étant accompagné d’un spécialiste assermenté.


Chez walk2talk.ch, nous proposons des consultations psychologiques en plein air adaptées à vos besoins. Par nos méthodes assermentées et grâce à nos psychologues diplômés, nous vous aidons à retrouver une sérénité intérieure et vous encourageons à vivre en faisant face au deuil.



27 vues0 commentaire