Please reload

Posts Récents

La vitamine Green anti-dépression

« La nature a un impact positif sur notre bien-être », c’est le résultat d’une récente étude  de l’Université de Stanford.

 

Dans un monde comme le notre la moitié de la population vis en zone urbaine, l’accès à un environnement naturel semble être essentiel à notre bonne santé psychologique. La vitamine G, pour « green » serait donc un moyen efficace de prévenir la dépression.

 

Pour faire cette découverte qui semble pourtant évidente, les scientifiques ont demandé à deux groups de volontaires de partir en balade, l’un en milieu urbain le long d’une route très fréquentée, et l’autre en pleine nature longeant forêts et champs fleuris.


Des capteurs ont mesuré la respiration, le rythme cardiaque et l’activité cérébrale des participants qui, à la fin de la marche, ont rempli un questionnaire d’auto-évaluation de leur bien-être psychologique.

 

Les chercheurs de Stanford ont pu ainsi constater que les personnes ayant marché 90 minutes dans la nature avaient en moyenne un meilleur moral que le reste du groupe ayant gardé les pieds sur le béton.

 

En étant mis au vert, les marcheurs en nature ont présenté une plus faible activation neuronale d’une des zones du cerveau impliquée dans la dépression. Plus précisément, l’expérience de la marche dans la nature a permis de diminuer les ruminations, des pensées répétitives centrées sur un aspect négatif de soit, qui sont un facteur de risque important à développer des troubles mentaux telles que la dépression

 

Cette étude démontre « l’impact du contact avec la nature sur la régulation de nos émotions et permet d’expliquer comment la nature peut nous aider à nous sentir mieux » a déclaré Gregory Bratman, principal auteur de l’étude. Ce chercheur a d’ailleurs remarqué, dans une étude précédente que le temps passé dans la nature a un effet remarquable sur l’humeur, l’anxiété et les fonctions cognitives telles que la mémoire de travail.

 

Pour l'un des auteurs des travaux de Stanford, Gretechen Daily, les conclusions de l'étude pourraient aider à améliorer l'aménagement urbain. "L'accès à des surfaces naturelles pourrait être vital pour notre santé mentale dans un monde comme le nôtre, où l’urbanisation est si rapide", conclut le chercheur.

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous